Accélère ton développement personnel

Comment se couper en 2 ou le grand défi de l'Auto-coaching...

autocaoaching
L'auto-coaching est un mot très à la mode. Il est aussi fortement utilisé aujourd'hui dans les milieux du développement personnel. Mais a-t-on bien réfléchi à ce que ça veut dire? En gros, il est question d'être à la fois le consultant et le consulté, le coach et le coaché, deux personnes qui, habituellement, sont résolument différentes et ne sont pas censées cohabiter dans le même cerveau !

Le boulot du coach


De façon très pragmatique, le seul et unique travail du coach est de vous poser des questions. Vous lui exposerez votre problématique, vos interrogations ou votre projet, et il mettra tout en oeuvre pour vous permettre de clarifier vos idées et quelquefois, si nécessaire, les émotions que vous y associez.

Contrairement à ce qu'on lit parfois, le coach ne donne aucun conseil. Il se cantonne à vous interpeler sur la manière dont vous parlez de vous, votre façon de vous projeter dans l'avenir et votre manière d'aborder les choses en général.

C'est une des premières difficultés de l'auto-coaching. Lorsqu'on a besoin d'aide, on a la tête dans le sceau, ou bien le nez collé au problème, comme vous voudrez...

Il va donc falloir vous dissocier d'une partie de vous-même et prendre suffisamment de recul ou d'altitude, de la même façon que pourrait le faire votre coach, puisqu'il est extérieur à votre vie . Pas facile, même en pratiquant la méditation tous les jours :-)

Le boulot du coaché


Un bon participant à un programme de coaching est quelqu'un qui ne résiste pas à la pression ou à la déstabilisation bienveillante exercée par son coach. Il faut bien sûr qu'il ait parfaitement confiance dans ce dernier, mais une bonne flexibilité d'esprit lui assurera des résultats évidents.

Le coach va le pousser dans ses retranchements par des questions et des remarques pertinentes, et le coaché devra accepter de se laisser atteindre pour obtenir progressivement une vision objective et constructive de sa vie.

Deuxième difficulté de l'auto-coaching : comment se laisser surprendre par la meilleure partie de soi-même, et surtout comment être certain qu'on a identifié celle-ci au point d'être sûr qu'on écoute la bonne voix à l’intérieure?

Réponse : une bonne connaissance de soi doublée d'une expérience existentielle profonde, dans laquelle on a forgé une personnalité unifiée qui connait ses forces et ses faiblesses.

Qu'est-ce qu'un auto-coaching?


Avant toute chose, c'est un programme par étapes tel que celui que j'ai décrit dans mon livre 12 minutes pour trouver une solution. Ce programme va vous soulager d'une grosse part de travail puisqu'il va endosser partiellement le rôle du coach par une série de questionnements précis auxquels vous serez invités à répondre le plus rapidement possible.

S'il est bien fait, un programme d'auto-coaching tiendra compte des difficultés inhérentes à toute auto-observation. Il saura contourner les obstacles décrits plus haut afin de faciliter une remise en question sereine. Il orientera la pensée constructive selon des règles aguerries et longuement testées en direction de l'excellence.

Tout le monde peut-il faire de l'auto-coaching?


L'auto-coaching a des limites. Celles qui vous séparent de votre complexité et de cet inconscient qui agit en vous à votre insu.

Le principal écueil de l'auto-coaching est donc le manque de discernement qui peut conduire un individu peu préparé à tenter de s'interroger et régler ses propres problèmes par lui-même.

Contrairement à ce qu'affirmait Sartre, l'enfer ce n'est pas les autres, mais plutôt cet autre en nous, blessure ou croyance limitante, qui nous empêche de grandir et de concrétiser nos rêves.

Moralité, nous avons tous besoin les uns des autres et dans certains cas, il est peut-être préférable de s'en remettre à la vision d'autrui plutôt que de se débrouiller tout seul. Ne serait-ce que pour éviter de sombrer dans l'autosuffisance et les répétitions existentielles malheureuses qu'elle implique forcément.

En définitive, un bon auto-coaching n'est-il pas avant tout le résultat d'une bonne relation avec soi-même?

-------------------

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un projet collectif mené par Loic Bonsens du blog net-coacher.fr membre du site DevPerso.org.