Accélère ton développement personnel

Question communication, vous ziguez ou vous zaguez ?

zigzag
La communication est le grand thème médiatique de ce début de siècle. L'émergence des réseaux sociaux et les moyens techniques de communication de plus en plus perfectionnés et polyvalents (internet, phoning, tablettes) ont largement contribué à cet état de fait. Malgré tout, les sondages prouvent que les individus, toutes classes confondues, soufrent de plus en plus de solitude et du sentiment d'être profondément incompris par leurs contacts. Une question se pose donc et elle est cruciale : est-ce que le développement des moyens de communication est proportionnel à l'efficacité et à la qualité des échanges entre les êtres humains? Les quelques réflexions et recettes qui suivent vous aideront à stopper le zigzaguing que vous entretenez peut-être dans vos relations...

Escalves de la technologie


Non, mais franchement, vous trouvez ça normal vous, tous ces gens qui marchent dans la rue en parlant tous seuls ou qui ont le nez collé à leur téléphone portable 24h/24? Tous enfermé dans leur bulle, ne se rendant pas compte qu'ils sont en train de jacter avec un morceau de plastique.

Avant, il y avait les idoles religieuses. Maintenant, ce sont les « boiboite » qui « bibipent » auxquelles on rend un culte. Tout juste si vous avez l'air con en n'ayant pas l'oreillette... Personnellement, je ne vois pas où est le progrès là-dedans en matière de communication !

Moi, ça me désole et m'attriste beaucoup cette situation. On nous fait croire que la liberté est de posséder des instruments high-tech ultra-performants alors que ce sont eux qui nous possèdent et nous aliènent.

Vous croyez que je suis un vieux con réfractaire à la technologie? Vous vous trompez parce que moi aussi j'utilise ces machins censés nous rendre service, sauf que je m'arrange pour ne pas en être esclave.

Par exemple, mon téléphone portable ne peut pas recevoir d'email. ça peut vous paraître dingue à notre époque, mais je vous assure qu'il ne m'est jamais arrivé le moindre souci en déplacement. Rien n'est jamais vraiment urgent que dans la tête de celui ou celle qui vous met la pression et vous oblige à zigzaguer constamment sur les différents réseaux sur lesquels vous avez accepté de vous brancher...

Les communautés virtuelles et les réseaux sociaux


Parlons-en justement et dites-moi franchement, sur le nombre d'amis que vous avez sur Facebook, combien en avez-vous rencontré vraiment et avec lesquels vous avez bu un café?

Moi je dis qu'on devrait (au minimum) boire un café avec chaque personne se prétendant notre ami sur un réseau social. Marrant comme idée, non ? Bon, c'est vrai, pas toujours facile ni faisable, et moi aussi je suis sur Facebook, mais j'aurai au moins la sincérité de vous dire que j'y suis par intérêt afin de faire connaître mes chères publications à de nouvelles personnes, sans me leurrer pour autant sur l'importance que je présumerai avoir dans leur coeur le jour où l’on copinera « électroniquement ».

Quand vous fermez Facebook, regardez autour de vous et sentez à quel point vous êtes plus ou moins seul(e). Cela vous permettra peut-être de prendre conscience de toute cette mascarade virtuelle, de prendre votre veste et vos clés de bagnole et d'aller dans un rad pour voir des vrais gens...

Bienveillance ou hypocrisie?


Vous connaissez la communication bienveillante et non violente? Personnellement, je n'y vois aucun inconvénient, bien au contraire, sauf qu'à ma connaissance, les personnes qui la pratiquent et la diffusent continuent d'avoir les mêmes emmerdes avec les autres que vous et moi.

Pourquoi? Parce qu'ils ont la fâcheuse habitude de confondre sincérité et honnêteté. La différence, c'est quoi ? Sincérité, ça vient du latin sinceritas qui signifie « pureté », alors qu’honnêteté veut dire « honorable », c'est-à-dire « avoir l'air de quelqu'un de bien ».

Après avoir observé et testé les techniques de reformulation de la communication non violente, je me suis aperçu qu'on ne dit pas toujours la vérité à l'autre. On n'est pas sincère avec lui en se refusant à lui dire « merde » ou « va te faire foutre » alors que c'est tout ce qu'il mérite quelquefois...

Encore un zigzag de plus qui nous éloigne de nos semblables !

Je ne sais pour vous, mais moi, quand un adepte de la communication non violente avec qui je m'engueule me la fais version « Hum, je vois que tu es en colère... », j'ai vraiment envie de lui foutre mon poing dans la gueule.

Ma recette pour assainir votre communication


Arrêtez de zigzaguer avec vos contacts et dites leur "merde" si c'est ce que vous ressentez.

Affirmez vos valeurs d'entrée de jeu avec vos amis et vos clients pour être clair dès le départ.

Bannissez les SMS en n'y répondant jamais. Les gens qui communiquent de cette manière sont des mesquins pour qui vous ne valez pas qu'ils usent leur forfait téléphonique pour vous parler.

Communiquez le moins possible par email. Il n'y a pas pire source de malentendu que les emails pour la bonne raison qu'il n'y a pas de tonalité verbale. Un message pourra être analysé de façon très différente selon l'humeur des personnes qui vont le lire...

Téléphonez aux personnes qui vous intéressent. C'est la moindre des choses et permet d'engager une véritable communication humaine.

Envoyez des lettres au lieu d'emails. À part des factures, combien de conversation épistolaire avez-vous avec les gens chaque mois? Croyez-moi, si vous voulez être lu par quelqu'un, envoyez-lui une lettre.

Préférez Skype à un tchat. En règle générale, bannissez toute forme de communication électronique dénuée d'image et de son. Vous y gagnerez en crédibilité et en respect de vous-même.

Rencontrer les gens avec qui vous voulez communiquer et entreprendre quelque chose. Une rencontre, c'est avant tout un moment privilégié dont on se souvient longtemps. Voulez-vous avoir de l'importance aux yeux des autres? Rencontre-les en direct.